New money and a new structure for Cohabs before the big leap (FR)

With an additional 11 million euros, a new structure and the support of Belfius and BNP Paribas Fortis, Cohabs is preparing to change dimension.

--

Avec 11 millions d'euros supplémentaires, une nouvelle structure et le soutien de Belfius et BNP Paribas Fortis, Cohabs s'apprête à changer de dimension.

Les spécialistes belges de la colocation moderne continuent leur ascension. Après avoir éprouvé leur modèle de colocation branchée et technologique à Bruxelles au cours des trois premières années, Cohabs s’est implanté à Paris et New York pour ses premières incursions à l’étranger et continue d’augmenter à un rythme soutenu sa présence hors de nos frontières. "Nous avons acquis 334 chambres depuis janvier, elles sont réparties dans 19 projets immobiliers, dont quatre à Paris et trois à New York", explique Youri Dauber, le CEO de Cohabs.

Pour augmenter son aura internationale, la société bruxelloise vient aussi de s’installer à Madrid où elle devrait faire ses premières emplettes immobilières sous peu. Des investissements conséquents qui peuvent être réalisés grâce à la dernière levée de fonds de 58 millions d’euros que Cohabs a réalisé en avril dernier. Une levée de fonds que l’on pensait terminée à l’époque, mais les dirigeants de Cohabs ont volontairement laissé la possibilité à d’autres investisseurs de s’impliquer. "Nous avons décidé de prolonger la levée de fonds, car tous les candidats investisseurs n’arrivaient pas à se calquer sur notre temporalité." Une prolongation qui permet à Cohabs de récolter 11,13 millions d’euros de plus auprès de Belfius et de la SFPI ainsi que plusieurs investisseurs privés, dont François Schwennicke, l’ancien patron de Delvaux. Cela porte le montant total de ce tour de table à un peu plus de 69 millions d’euros avec une ventilation entre de la dette subordonnée qui permet à Cohabs de financer ses achats et du capital (12,5 millions).

136 millions de patrimoine immobilier

En plus de la levée de fonds, Belfius et BNP Paribas Fortis vont permettre à Cohabs d'emprunter pour 70 millions d’euros pour ses futurs achats jusqu’à fin 2023. "Le soutien de Belfius à ce champion belge du co-living passe par du financement sur-mesure structuré entre partenaires de confiance", explique Dirk Gyselinck, membre du comité de direction de Belfius, qui évoque un soutien historique de la part du bancassureur belge. Des fonds qui vont permettre de faire rapidement gonfler le patrimoine immobilier de Cohabs estimé à ce jour à 136 millions d’euros. Un patrimoine conséquent pour une entreprise qui a à peine cinq ans d’existence et qui n’emploie que 23 personnes. Une particularité qu’elle doit en partie à sa technologie qui lui a permis d’automatiser la plupart des interactions avec ses clients. "Les gens postulent en ligne, ils visitent la chambre et signent leur bail en ligne, toute la gestion de la maison se fait via l’app et même le check-out se fait via l’app. Il ne faut pas plus de deux personnes pour gérer 500 chambres."

Si Cohabs a une mécanique bien rodée coté client, la multiplication des sociétés qui hébergent ses acquisitions commençait à faire désordre en arrière-boutique. "On a eu jusqu’à 30 sociétés. Nous venons d’en fusionner 17 et de nous structurer en FIIS (fonds d'investissement immobiliers spécialisé, NDLR)", explique François Samyn, co-fondateur et aux manettes pour toutes les questions financières.

Nouvelle structure pour une nouvelle opération

Une restructuration des actifs parait indispensable pour envisager les prochaines étapes, dont une nouvelle levée de fonds, car la jeune pousse bruxelloise est gourmande en cash et grandit plus vite que prévu. Elle a surtout des objectifs à moyen et long terme extrêmement ambitieux. "Nous avons entamé une réflexion pour déterminer si nous allions continuer avec notre modèle historique de dette subordonnée pour financer nos achats ou s’adosser à un partenaire qui aurait en charge le financement des acquisitions", explique Youri Dauber qui sent que son entreprise est à un tournant de sa jeune histoire.

Pour aborder ce tournant, Cohabs pense que le temps est venu de passer à l’étape supérieure. "Il est temps pour nous de trouver un partenaire stratégique important pour accélérer notre croissance." Ce partenaire pourrait être l’un de ceux déjà présents dans le capital comme un AG Real Estate ou venir de l’extérieur comme un fonds de capital-risque. Cohabs va prochainement mandater une banque d’affaires pour mener l’opération et planifie de réaliser un prochain tour de table ou d’ouvrir son capital pour l’été prochain. Dans les deux cas, il s’agira d’une transaction de grande envergure, mais les fondateurs écartent une hypothèse de revente même si Cohabs est régulièrement courtisé.

Les trois dirigeants ont encore, selon nos informations, récemment refusé une offre alléchante d’une grande banque d’affaires américaine. "Nous sommes toujours au début de l’histoire, on a encore la capacité d’amener l’entreprise à 6-7 villes d’implantation et de développer des nouveaux produits". À la fin de cette année, Cohabs aura ouvert 1.200 chambres dans le monde et en vise 3.000 pour 2023. "Ce serait bête de ne pas profiter de ce qui nous attend", concluent avec un sourire en coin Youri Dauber et François Samyn qui veulent rester maîtres de leur destin et de leur entreprise.

Source: L'Echo

Other news