Cohabs raises 58 million euros to become the European leader in coliving (FR)

The young Brussels-based Cohabs, specialist in trendy colocation, has raised 58 million euros. Its model, which combines real estate and technology, is clearly a success.

---

La jeune pousse bruxelloise Cohabs, spécialiste de la colocation branchée, lève 58 millions d'euros. Son modèle qui allie immobilier et technologie fait recette.

Le trio à la tête de Cohabs a du mal à cacher son excitation, mais aussi son soulagement. Les frères Dauber – Youri et Malik – et François Samyn viennent de clôturer une levée de fonds record et de faire un choix décisif pour le futur de leur entreprise. "C’était chaud!", soupire Youri Dauber. Les fondateurs, qui ont compris dès 2016 que la colocation branchée en ville associée à de la technologie serait une combinaison gagnante, sortent de plusieurs semaines tendues et éprouvantes.

Pour mieux comprendre, il faut remonter dans le temps. À la mi-janvier, les dirigeants de Cohabs reçoivent une offre de rachat de la part d’une grande banque américaine valorisant leur entreprise bien au-delà de leurs espérances. Les fondateurs de la start-up sont alors à un tournant de leur jeune histoire et décident de s’isoler quelques jours pour réfléchir. "C’était tentant, mais on a décidé de ne pas lâcher le contrôle de notre entreprise maintenant. Il y a encore tellement à faire." expliquent en choeur les trois acolytes.

Le trio voit plus grand et pense pouvoir amener Cohabs à un stade supérieur dans les trois ans. Pour ce faire, il faut du cash. Ils s’empressent donc de relancer la machine de la levée de fonds en espérant atteindre les 50 millions. "On a eu un peu peur à ce moment-là. On venait de décliner une offre et on n'avait aucun engagement ferme en main de nos investisseurs..." Le tour de table mené tambour battant par les banques d'affaires Natexis Partners et Tandem Capital se clôturera finalement à 58 millions d'euros, grâce à un soutien de poids. AG Real Estate, déjà présent lors de la précédente levée de fonds de 15 millions d’euros en 2019, n'a pas hésité à ressortir son chéquier pour injecter cette fois-ci 17,5 millions d’euros. "Nous voyons ça comme un investissement à long terme. Le résidentiel en communauté correspond à un besoin croissant et est une poche de diversification dans notre portefeuille. La capacité qu’a Cohabs de faire revivre de l’immobilier disponible et leur rapidité d’exécution nous ont convaincus", explique Amand-Benoît D'Hondt à la tête des investissements alternatifs chez AG Real Estate.

Les fonds levés sont exclusivement belges avec un mélange entre privé et public."Ils ont dépassé le stade de la start-up. Lors de cette opération, on a eu l’occasion de réaliser une plus-value en sortant du capital. On a décidé de rester et de réinvestir pour soutenir leur développement européen."La combinaison du développement immobilier, de la technologie et d'une tendance sociétale forte, c’est gagnant. C'est une entreprise qui peut atteindre une valorisation de 500 millions dans les prochaines années", explique de son côté Maxime Xantippe chez Alphastone qui injecte 7,5 millions d’euros. On retrouve aussi des acteurs comme finance&invest.brussels avec 3,5 millions, une intercommunale et toute une série de Family Office attirés par l’opportunité d’investir dans une jeune pousse qui a le vent en poupe dans un secteur accessible. Car si Cohabs aime se la jouer tech et branché, c’est avant tout une jeune pousse immobilière qui adopte les codes de travail et de marketing de sa génération.

S'endetter pour réussir

La start-up a un besoin régulier d’argent frais, mais surtout de dette subordonnée pour assouvir son besoin de biens immobiliers à rénover, transformer en colocation et enfin louer. Cette levée de fonds va lui permettre de jouer dans une autre ligue et faire grossir son chiffre d'affaires qui va atteindre 8 millions d'euros en 2021. "Nous allons pouvoir acheter pour 200 millions de fonciers dans nos différentes implantations". Bruxelles reste évidemment le territoire de cœur des entrepreneurs, mais le marché local arrive tout doucement à saturation. "Il y a énormément d’acteurs et de privés qui se lancent dans le coliving". Avec déjà plus de 600 chambres dans la capitale, Cohabs se tourne désormais vers l’étranger et se concentre à Bruxelles sur des projets iconiques comme celui de l’Aegidium qui accueillera bientôt un théâtre ou le passage du Nord dans le centre-ville.

Après avoir ouvert un laboratoire d’expansion à New York avec l’achat de deux maisons il y a un an, Cohabs tient son modèle hors des frontières. 500.000 euros et une équipe réduite, voilà ce qu’il lui faut pour "lancer une ville". Paris, qui était depuis longtemps dans leur viseur est désormais une réalité. "Les deux premières maisons ouvriront à la fin de l’année". Prochaine étape: Madrid et son marché en friche. Objectif avoué: 2.000 chambres dans le monde fin 2022.

Le coliving, victime de son succès?

La tendance du coliving a tellement de succès qu’elle commence à faire grincer des dents. Ces colocations d'un genre nouveau entraîneraient spéculation et hausse des loyers. Des accusations que réfutent Youri Dauber et François Samyn. "On ne crée pas de cage à poule. On achète des bâtiments qui font entre 600 et 5.000 m2. Quelle famille bruxelloise moyenne peut acheter une telle surface? Ce sont des biens dévolus à des promoteurs immobiliers." Quant aux loyers: "On ne peut pas nous reprocher de faire des loyers de 700 euros pour une chambre au Châtelain. Ce sont les prix du marché. Oui, on est plus cher qu’une coloc traditionnelle, mais on offre un service premium".

Les services, c’est justement ce sur quoi Cohabs compte miser en activant sa facette technologique, notamment via son application qui est le socle de sa communauté. Une facette qui lui sera bien utile via l'automatisation des process en interne pour développer à l’échelle européenne son modèle sans trop augmenter ses coûts et répondre à une demande qui ne faiblit pas, mais restera exigeante.

 

Source: https://www.lecho.be/entreprises/immobilier/cohabs-leve-58-millions-d-euros-pour-devenir-le-leader-europeen-du-coliving/10305155

Other news